Chiffres loi football 2015 : plus d’incidents, plus d’amendes et d’interdictions de stade

Bruxelles, 16.02.2016, - En 2015, le monde du football a connu une recrudescence du nombre d’incidents impliquant des supporters.  Cela s’est notamment traduit par une augmentation du nombre de PV dressés par les services d’ordre,  ainsi que par une hausse du nombre de sanctions prononcées par la Cellule Football du SPF ’Intérieur.

 

La loi football

En 2015, les services d’ordre ont dressé  1478 procès-verbaux pour infractions à la loi football, soit 348 de plus que l’année précédente. Le nombre de PV rédigés augmente ainsi pour la troisième année consécutive.

La loi football s’applique aux matches auxquels prend part une équipe de première, deuxième ou troisième division. Elle prévoit des sanctions rapides (dans les 6 mois après les faits) et sévères (une amende administrative de 250 à 5000 euros et/ou une interdiction de stade de 3 mois à 5 ans). Pour l’application de la loi football, les services d’ordre et la Cellule Football du SPF Intérieur collaborent étroitement. Les services de police établissent les faits dans un procès-verbal et le transmettent à la Cellule Football qui entend alors l’accusé et lui inflige une sanction administrative si les faits sont avérés. L’objectif est d’appliquer une politique de tolérance zéro. Si le nombre d’incidents augmente, le nombre de PV et de sanctions devrait donc lui aussi augmenter, ce qui est également le cas en 2015.

 

Les incidents

En 2015, plusieurs incidents marquants ont fait l’objet d’une intervention ferme:

  • En janvier : Racing-Mechelen contre R Antwerp FC : provocation et tentative de confrontation dans le périmètre;
  • En février : KV Oostende - R Charleroi SC : provocation et rébellion à l’égard des services d’ordre ; KAA Gent – Club Brugge, où deux groupes de supporters ont tenté une confrontation dans le centre de Gand le jour précédant la rencontre;
  • En mars : Club Brugge – RSC Anderlecht (finale de la Coupe de Belgique) : tentative de confrontation dans le centre-ville;
  • En avril : ASV Geel – R Antwerp FC : confrontation entre supporters sur le parking ; R Charleroi SC - Standard de Liège : diverses verbalisations;
  • En mai : Standard de Liège – R Charleroi SC : diverses verbalisations ; Club Brugge – KAA Gent : confrontation à proximité de la gare de Gand ; R Charleroi SC – Club Brugge : confrontation dans le centre-ville;
  • En juillet : R Antwerp FC – K Lierse SK : envahissement de la zone ; RFC Liège – KAS Eupen : tentative de confrontation;
  • En septembre : KV Oostende - R Antwerp FC : diverses verbalisations;
  • En octobre : KFCO Beerschot Wilrijk – RFC Liège : tentative de confrontation et diverses verbalisations ; RSC Anderlecht – Tottenham Hotspur : confrontation dans le centre-ville;
  • En novembre : Racing Mechelen – UR La Louvière C : tentative de confrontation;
  • En décembre : RS Waasland-Beveren – KSC Lokeren : diverses verbalisations.

 

La raison de la hausse du nombre d’incidents ne résulte pas d’un seul élément. Le football est un phénomène de société qui suit les tendances de la société. On ne peut en tout cas pas parler d’un retour du hooliganisme, comme par le passé. Les incidents ne concernent pas des rixes clairement organisées ou du vandalisme. Une des explications est liée aux changements, d’année en année, dans la composition de la compétition et des clubs participants. L’enjeu sportif et les résultats sont donc toujours différents, d’où l’impact sur les groupes de supporters participants qui insufflent chaque fois une nouvelle dynamique. Pour les autorités et les services d’ordre, il importe que les incidents fassent l’objet d’une intervention immédiate et d’une sanction rapide et adéquate. Autrement dit, on maintient la politique de tolérance zéro.

 

Les sanctions

Sur les 1478 PV reçus, 1333 décisions ont été prises. Étant donné le délai de traitement de 6 mois, certaines décisions concernent de PV dressés en 2014 tout comme pour d’autres PV, la décision ne sera prise qu’en 2016.

Dans 121 cas, aucune sanction n’a été infligée et l’interesé a été acquitté. Dans ces cas précis, les faits reprochés n’étaient pas suffisamment établis.

Dans 1212 cas, une sanction a bien été infligée, allant d’une amende à une interdiction de stade, voire les deux. Dans 50 cas, seule une interdiction de stade a été prononcée et dans 43 cas, seule une amende  a été infligée. Cela porte le total de décisions avec interdiction de stade et amende à 1119.

Le nombre d’appels interjetés contre les décisions de la Cellule Football est resté identique à celui de 2014, à savoir +/- 8 % du nombre total de décisions.

En résumé, 9634 mois d’interdiction de stade et 495.425 euros d’amendes ont été infligés en 2015.

Fin 2015, 822 interdictions de stage étaient encore en cours. Attention : ce chiffre change de semaine en semaine car chaque semaine, des interdictions de stade prennent cours ou se terminent. 

 

Date de publication: 
Ma, 16/02/2016