Saison de football 2016-2017 : Chiffres relatifs à la sécurité lors des matches de football

Bruxelles 28.07.2017. A la reprise du championnat, la Cellule Football de la Direction générale Sécurité et Prévention du SPF Intérieur, communique les chiffres de la saison footballistique écoulée relatifs à la sécurité lors des matches de D1A et D1B.

1. Contexte

La comparaison en chiffres de cette saison 2016-2017 avec ceux de la saison précédente sera difficilement réalisable au vu de la profonde modification des championnats.

En effet, la 1ère et 2e division de la saison 2015-2016 se composait respectivement de 16 et 17 équipes alors que la ligue pro 1A et 1B de cette saison écoulée se composait respectivement de 16 et 8 équipes.

Cette modification a également eu un impact sur le nombre de rencontres jouées en compétition régulière et lors des play-offs.

Enfin, le déroulement des play-offs opposant des équipes de 1A et 1B rend plus difficile encore l’établissement de chiffres par division.

2. Déploiement policier

Le déploiement policier total pour cette saison est resté relativement stable par rapport à la saison 2015-2016 avec un peu moins de 29.000 policiers déployés pour approximativement 28.000 pour la saison passée.

Différents éléments doivent néanmoins est pris en considération. Premièrement, au vu du maintien en niveau de menace terroriste 3, des mesures complémentaires ont été conservées par les services de police et par les organisateurs (mobilisation plus importante des stewards afin de réaliser un contrôle d’accès plus strict – interdiction de rentrer dans le stade avec un sac). Un nombre plus important de policiers a également été déployé afin de notamment assurer une présence policière plus visible et dissuasive et d'appuyer l'organisateur lors des contrôles d'accès. Deuxièmement, bien que le nombre de rencontres jouées en D1B était inférieur à celui de la saison passée (8 équipes au lieu de 17), les play-offs opposant des équipes de 1A et 1B ont augmenté le nombre de rencontre à risques et de ce fait le nombre de policier déployés.

3. Incidents

Des incidents ont été enregistrés lors de 67.9% des matches en D1A durant la saison écoulée.  En D1B, il s’agit de 46,9% des rencontres.  Dans la grande majorité des cas, il s’agit de petits incidents isolés dans le stade, comme l’escalade de clôtures, le jet d’objets, la violence verbale ou de l’utilisation d’objets pyrotechniques.

Concernant les incidents enregistrés à l’occasion de matches en D1A, nous constatons une légère augmentation des incidents de nature violente, passant de 87 faits enregistrés lors la saison 2015-2016 à 111 pour la saison écoulée. Il s’agit, dans la plupart des cas, de violence individuelle et isolée dans le stade. Nous recensons 23 incidents en groupe impliquant plus de 10 personnes lors de 15 matches. Le nombre de confrontations entre deux groupes de supporters à risque est resté plutôt limité et on ne peut pas parler d’une recrudescence du hooliganisme à l’occasion des matches de championnat de D1. Chacun de ces incidents reste cependant un incident de trop.

Le phénomène de confrontations organisées en dehors d’un match persiste et semble prendre de l’ampleur cependant aucune donnée chiffrée n’est disponible. De plus, ces incidents ne rentrent pas dans le champ d’application de la loi football car ils ont lieu plus de 24h avant ou après la rencontre.

Cette saison encore nous déplorons un nombre important d’incidents avec des objets pyrotechniques pour les rencontres de D1A et D1B, passant de 286 faits pour 571 matches durant la saison 2015-2016 à 225 faits pour 458 matches lors de la saison 2016-2017.

Compte-tenu des dangers pour la sécurité des personnes que représente l’utilisation d’engins pyrotechniques, avec parfois des dommages corporels irréversibles, la lutte contre ce phénomène restera cruciale pour la saison à venir.

4. Les sanctions

Au cours de la saison 2016-2017, 1115 interdictions de stade ont été imposées et au total pas moins de 535.400 € d’amendes ont été infligées aux fauteurs de troubles, alors qu’environ 300 procédures sont encore en cours. Il y a actuellement 870 interdictions de stade en cours, pour la plupart infligées par la Cellule Football du SPF Intérieur sur la base de la loi football, ce qui ne fait que souligner le caractère essentiel de ladite loi.

La loi football prévoit des sanctions rapides (dans les 6 mois après les faits) et rigoureuses (de 250 à 5000 euros d’amende et/ou une interdiction de stade de 3 mois à 5 ans) pour garantir la sécurité lors de matches de football.  La sanction la plus lourde infligée au cours de la saison 2016-2017 se chiffre à 50 mois d’interdiction de stade et 2000 euros d’amende.

Bien que le nombre de PV transmis pour la saison 2016-2017 ait diminué en passant de 1430 (saison 2015-2016) à 1070, les interdictions de stade prononcées sont restées quasi identiques en passant 10.856 mois (saison 2015-2016) à 10945 mois. Les amendes ont quant à elle diminué en passant de 573.825€ (saison 2015-2016) à 535.400€.

Ceci s’explique par des sanctions sévères pour les faits de violences ainsi que pour l’utilisation d’objets pyrotechniques.

Depuis une quinzaine d’années, cette politique de sanction immédiate visant à décourager les comportements inciviques dans et aux alentours des stades de football porte clairement ses fruits.

 

Date de publication: 
Ve, 28/07/2017