Saison de football 2014-2015 : Chiffres relatifs à la sécurité lors des matches de football Violence + Déploiement policier en D1 en légère hausse

Brussel, 17.07.2015, - A l’approche de la reprise du championnat de première division, le Service Public Fédérale de l’Intérieur communique les chiffres de la saison footballistique écoulée relatifs à la sécurité lors des matches de D1 et D2.  Les chiffres relatifs à l’application de la loi football au cours de la saison 2014-2015 sont également connus.

1. Déploiement policier

Le déploiement policier total en 1ère et 2ème division a augmenté de 3528 personnes (28.709 policiers déployés pendant la saison 2014-2015 contre 25.181 unités mobilisées au cours de la saison d’avant).  Cette augmentation fut constatée tant en D1 qu’en D2. 

Il s’agit de la première légère hausse depuis la diminution, durant les 10 années consécutives, de l’engagement policier lors des matches de football.

Selon les experts, différents facteurs sont à l’origine de ce changement, comme le léger accroissement de la violence la saison dernière en 1ère division, la composition des play-offs 1 et la composition de la 2ème division.

2. Incidents

Concernant les incidents enregistrés en D1, le nombre d’incidents dans la catégorie violence s’est accru en passant de 81 incidents pour la saison 2013-2014 à 118 incidents pour la saison écoulée. Ici aussi, dans la plupart des cas, il s’agit de violence individuelle et isolée dans le stade.

Il y eut 20 cas/matches où il est question de violence en groupe impliquant plus de 10 personnes.  Dans ces 20 cas de violence en groupe, il y a également les formes de protestations de supporters dues au déroulement d’un match sur le plan sportif et/ou à l’encontre de la direction. A titre d’exemples, citons les rencontres:

  • Racing Genk – La Gantoise du 22/08/2014
  • Standard – Zulte-Waregem du 19/10/2014

En outre, des incidents majeurs se sont produits lors des matches:

  • Charleroi – Standard du 7/12/2014
  • Racing Malines – Antwerp du 18/01/2015
  • Charleroi – FC Bruges du 21/05/2015
  • Standard – Charleroi du 24/05/2015

Toujours dans la même catégorie, des incidents ont eu lieu à la gare de Gand à l’occasion du match FC Bruges – La Gantoise le 17/05/2015.

Quand bien même les chiffres sont en hausses, cela ne signifie pas nécessairement que le hooliganisme connaît une recrudescence.  Le nombre de confrontations entre deux groupes de supporters à risque demeure en effet plutôt limité.

De plus, il est constaté que l’augmentation des incidents avec violence a également entraîné une augmentation du nombre de procès-verbaux rédigés ce qui démontre que la politique de la tolérance zéro à l’encontre des fauteurs de troubles a bien été suivie par les zones de police.

Des incidents ont été enregistrés lors de 75,6% des matches en D1 durant la saison écoulée.  En D2, il s’agit de 36,5% des rencontres.  Dans la grande majorité des cas, il s’agit de petits incidents isolés dans le stade, comme:

  • l’escalade de clôtures
  • le jet de gobelets de bière et de pièces de monnaie
  • la violence verbale
  • l’utilisation d’objets pyrotechnique

Le pourcentage relativement élevé de matches avec incidents est dû à la définition très large du terme “incident” et à la professionnalisation toujours plus poussée en matière de collecte de preuves, notamment en raison d’une utilisation accrue de caméras de plus en plus performante et du déploiement qualitatif plus ciblé de policiers.

3. Les sanctions

Au cours de la saison 2014-2015, 985 interdictions de stade ont été imposées et au total pas moins de 439.720 € d’amendes ont été infligées aux fauteurs de troubles, alors qu’environ 400 dossiers sont encore en cours. 

Il y a actuellement 689 interdictions de stade sont en cours, pour la plupart infligées par la Cellule Football du SPF Intérieur sur la base de la loi football, ce qui, ne fait que souligner le caractère essentiel de ladite loi.

La loi football prévoit des sanctions rapides (dans les 6 mois après les faits) et rigoureuses (de 250 à 5000 euros d’amende et/ou une interdiction de stade de 3 mois à 5 ans) pour garantir la sécurité lors de matches de football. 

La sanction la plus lourde infligée au cours de la saison 2014-2015 se chiffre à 39 mois d’interdiction de stade et 2000 euros d’amende.

Depuis une dizaine d’année, cette politique de sanction immédiate visant à décourager les comportements incivique dans et aux alentours des stades de football porte clairement ses fruits. 

Date de publication: 
Ve, 17/07/2015